Améliorer la qualité des aliments dans les cantines scolaires

Une étude publiée dans la revue Food Control de mai 2022 révèle que les repas servis dans les cantines scolaires au Togo ne sont pas conformes aux exigences de qualité nutritionnelle et d’hygiène.

Selon l’Agence nationale du développement à la base, plus 75 millions de repas ont été distribués gratuitement depuis 2008 dans 337 écoles primaires au Togo. Cette initiative dont le coût total est estimé à 22 milliards de F CFA visait à lutter contre la déperdition scolaire surtout dans les milieux les plus défavorisés du pays.


Lire aussi: Des insectes consommés au Togo sont plus riches que la viande


« Fournir un repas aux élèves permet non seulement de les maintenir à l’école, d’ améliorer leur performance scolaire et leur capacité d’apprentissage, mais aussi de booster l’économie locale [puisque] les vivres servant à cuisiner les repas sont fournis par les producteurs locaux », indique, à cet effet, Dr Carmelle Mizéhoun-Adissoda, auteure de l’étude.

Pour évaluer la qualité nutritionnelle des repas distribués aux élèves, l’auteure a pris en compte les critères d’hygiène comme l’environnement de cuisson, les aliments de base, le matériel de cuisson, la méthode de cuisson et les mesures d’hygiène prises par les cuisiniers.

Insuffisances

 « Nous avons retrouvé des germes dans un tiers des repas recensés dans les écoles et la qualité nutritionnelle des repas servis aux écoliers n’est pas conformes aux recommandations. Ceci doit susciter des améliorations pour garantir l’état nutritionnel et de santé de nos enfants », a confié Dr Mizéhoun-Adissoda à Scienceactu.com


Lire aussi: Les aflatoxines, grande menace pour le maïs consommé au Togo


Parmi ces germes, un groupe de bactéries appelé « coliformes totaux » qu’on retrouve souvent dans l’eau. Bien que n’entraînant en général aucune maladie, leur présence indique une contamination par des micro-organismes plus nuisibles qui sont à l’origine des nausées, des vomissements, diarrhées ou encore un affaiblissement du système immunitaire chez les enfants.

En dehors des coliformes totaux, la présence de staphylocoques a également été signalée dans les repas distribués dans les cantines scolaires au Togo. Ces bactéries sont souvent cause d’intoxications alimentaires et de crampes abdominales.

Améliorer les programmes de cantines scolaires

Outre la présence de germes, l’analyse nutritionnelle des repas révèle une carence en calcium et en vitamine A et C selon l’auteure qui précise néanmoins que la teneur en fer est conforme aux recommandations pour les enfants âgés de 9 à 13 ans.


Lire aussi: La pulpe de baobab pour lutter contre la malnutrition


Pour Dr Mizéhoun-Adissoda, les insuffisances mis en exergue dans l’alimentation scolaire au Togo et dans la plupart des pays de l’Afrique de l’Ouest peuvent s’expliquer par le fait que la majorité des programmes de cantines scolaires de ces pays se focalisent plus sur l’apport énergétique et ne prennent pas suffisamment en compte la qualité nutritionnelle.

« Il est urgent de corriger cet aspect tout en veillant à l’hygiène tout au long de la chaîne de préparation de repas pour éviter toute contamination » ajoute-t-elle.

En cela, la chercheure recommande l’inclusion des fruits et légumes dans l’alimentation scolaire afin de couvrir les besoins en vitamines des enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.