Accueil Santé Réduire la mortalité maternelle grâce aux accoucheuses traditionnelles  

Réduire la mortalité maternelle grâce aux accoucheuses traditionnelles  

9 min de lecture

Au Togo,  la mortalité maternelle est estimée à 350  pour 100 000 naissances tandis qu’elle est de 310 pour 100 000 naissances au Ghana voisin. Ces données bien loin de la cible 3 des Objectifs du Développement Durable qui vise à réduire la mortalité maternelle mondiale à moins de 70 pour 100 000 naissances vivantes d’ici 2030.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le recours aux accoucheuses traditionnelles reste l’un des facteurs explique le fort taux de mortalité maternelle dans plusieurs pays de l’Afrique subsaharienne.

Une étude effectuée en novembre 2018 par Allou Leander Achageba, un chercheur Ghanéen du University for Development Studies, a permis d’expliquer les préférences des femmes pour les accoucheuses traditionnelles plutôt que les services de soins modernes.

Le chercheur s’est confié sur les résultats de son étude à la revue Scientific African.

Parlez-nous de votre dernier article…

Le document traite de la préférence des femmes pour les accoucheuses traditionnelles  plutôt que pour les sages-femmes formées et de la raison de leur choix. Je voulais savoir pourquoi les femmes choisissaient d’aller dans les accoucheuses traditionnelles.  Je me suis également intéressé au moyen par lesquelles les accoucheuses traditionnelles acquièrent leurs compétences ; est-ce par apprentissage auprès d’une autre accoucheuse ou par  une formation médicale formelle.

On trouve des accoucheuses traditionnelles dans la plupart des communautés rurales.  Elles sont acceptées comme membres de ces communautés, et les futures mères sont plus susceptibles de leur faire confiance. Cependant, nous ne savons pas combien il y a d’accoucheuses traditionnelles au Ghana. Dans le district de Tolon, où j’ai entrepris cette étude, il existe un certain nombre de services de santé et de planification communautaires qui visent à fournir des soins de santé primaires aux populations rurales. Cependant, presque toutes les communautés de la région ont plus de deux accoucheuses traditionnelles. J’ai parlé à 360 femmes qui avaient eu recours aux services d’une accoucheuse traditionnelle au cours des cinq dernières années. L’âge des femmes variait entre  de 20 ans et  41 ans. Pour certains, c’était leur premier enfant, d’autres en avaient eu plus de neuf. Je n’ai choisi que des femmes qui avaient eu recours aux services d’accoucheuses traditionnelles parce que je voulais comprendre pourquoi elles préféraient les femmes de leur communauté aux agents de santé dans les établissements publics.

Et qu’avez-vous trouvé ?

Le principal facteur était le coût. Plus d’un quart des répondants ont déclaré qu’il était moins coûteux d’utiliser les services d’une accoucheuse traditionnelle que de se rendre dans un centre de santé ou une enceinte du gouvernement.

C’est intéressant parce que les services de santé maternelle au Ghana sont censés être gratuits.  Environ 26 % des personnes interrogées pensent que les accoucheuses traditionnelles sont culturellement acceptables, car elles sont connues des femmes enceintes. Une femme m’a  dit : « Je ne peux pas aller montrer ma partie intime à quelqu’un que je ne connais pas ; mon mari ne sera pas d’accord ».

D’autres raisons étaient que les accoucheuses traditionnelles étaient plus attentionnées que les agents de santé et que ces accoucheuses vivent à proximité et sont donc plus faciles à visiter une fois que le travail commence que. Pour un petit pourcentage de femmes, les accoucheuses traditionnelles étaient les seuls soins de maternité qu’elles connaissaient.

Quel pourrait être l’intérêt de votre étude ?

Le Ghana a mis en place des politiques publiques  pour améliorer la santé maternelle.  Mais, fait intéressant, le pays continue d’enregistrer des taux de mortalité maternelle inacceptables.  Il est nécessaire de découvrir ce qui ne va pas avec les politiques publiques.

Selon vous, qu’est-ce qui doit changer ?

Les politiques doivent être culturellement acceptables. Les politiques sur la santé maternelle devraient être conçues de manière à inclure les accoucheuses traditionnelles dans le système de santé. Cela a été fait avec les praticiens traditionnels de la santé, tels que les herboristes et les ostéopathes, qui sont maintenant rattachés à des hôpitaux dans la plupart des régions du Ghana.

Les accoucheuses traditionnelles pourraient également recevoir une formation sur des sujets tels que les mesures de lutte contre les infections, l’utilisation de gants chirurgicaux pendant les procédures et les compétences de base modernes en pratique sage-femme pour compléter ce qu’elles font déjà.

Les femmes des zones rurales et périurbaines continueront à vouloir utiliser les accoucheuses traditionnelles parce qu’elles leur font confiance. Il est important que ces services soient réglementés afin de s’assurer que de meilleurs services sont offerts aux femmes enceintes.

Lire l’intégralité des résultats de l’étude

Charger plus d'articles liés
Charger plus par scienceactu
Charger plus dans Santé

Un commentaire

  1. […] A LIRE AUSSI: Réduire la mortalité maternelle grâce aux accoucheuses traditionnelles   […]

    Répondre

Laisser un commentaire

Voir aussi

Journées Scientifiques du Centre Béninois de la Recherche et de l’Innovation

Les journées annuelles du CRBSI offrent une excellente opportunité aux chercheurs, enseign…